• Facebook - Nouvelle fenêtre
  • Twitter - Nouvelle fenêtre
  • Google plus - Nouvelle fenêtre
  • Youtube - Nouvelle fenêtre
  • Dailymotion - Nouvelle fenêtre
  • S'abonner aux flux RSS

Le diabète chez les personnes âgées

26%, c'est le nombre de diabétiques en France âgés de 75 ans et plus (1 sur 4). Or avec l'âge, la condition physique, la santé (pathologies, complications), l'appétit changent. Quel impact de la vieillesse sur les traitements du diabète et sur l'alimentation ? Que faire en cas de dépendance ou de perte d'autonomie ?

En 2025, les personnes âgées seront un quart de la population française. En France comme dans le reste du monde, le nombre élévé de diabétiques chez les personnes âgées (majoration de la prévalence du diabète des seniors) s'explique par deux facteurs essentiels :

  • la progression de la fréquence du diabète
  • l’augmentation régulière de l’espérance de vie.

Ainsi dans l’hexagone, si la moyenne d’âge des personnes diabétiques est de 65 ans, un quart d'entre elles est âgé de 75 ans ou plus.

La définition d’un diabétique âgé

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un sujet est considéré âgé après 65 ans. Mais en réalité, l’important réside plus dans l’âge physiologique que dans le simple état civil.

L'état civil ne dit pas tout

Ainsi, les sujets de plus de 65 ans présentant une polypathologie et ceux de plus de 75 ans doivent être classés parmi les seniors. En effet, rien n’est plus éloigné d’un sujet qui a bien réussi son vieillissement qu’un vieillard fragile présentant de multiples handicaps.

 

La très grande majorité de ces malades
présente un diabète de type 2

Particularités du sujet âgé diabétique

La population diabétique est très hétérogène et il est essentiel de distinguer plusieurs catégories de diabétiques âgés : 

  • Le sujet âgé qui a bien réussi son vieillissement, est autonome et vit dans un environnement familial favorable, sans déficit cognitif, avec un bon état nutritionnel.
  • Le sujet âgé fragile présentant de multiples pathologies peut devenir dépendant à l’occasion d’une affection intercurrente.
  • Le sujet âgé dépendant, souvent en fin de vie, présente une polypathologie et nécessite une prise en charge médicale et sociale lourde.

L'impact de l'âge sur le diabète

En conséquence, la vieillesse, par ses effets sur le corps, l'organisme et les changements qu'elle impose dans la vie de la personne diabétique, si elle ne bouleverse pas les fondamentaux de la lutte contre le diabète, oblige à porter une attention particulière :

L'objectif étant de maintenir des relations sociales et familiales et une bonne qualité de vie du sujet âgé.

 

Ce dossier a été élaboré en étroite collaboration avec le Professeur Bauduceau, Chef du Service  d’Endocrinologie, Hôpital Bégin, Saint-Mandé (94). Contenus rédactionnels : Professeur Bauduceau / AFD

Au sommaire

Si la faim et la soif diminuent en vieillissant, il n'est pas normal de manger moins, car le corps a besoin d'une plus grande quantité d'énergie.
On ne soigne pas la personne âgée diabétique comme une personne jeune. L'âge, les conditions du vieillissement, l'importance des complications, l'état physique et psychologique du patient...
L’âge, la multiplicité des pathologies et leur intrication chez les séniors ont un effet non négligeable sur les complications du diabète, particulièrement celles qui concernent : l'œil et la vision,
Comme chez les diabétiques plus jeunes, l'équilibre glycémique et la lutte contre les facteurs de risque font partie intégrante de la prévention et du traitement.
Chez le diabétique âgé, le développement des complications et les multiples pathologies sont source de handicap et entraînent parfois une perte d'autonomie, voire une totale dépendance de la personne.

La Fédération Française des Diabétiques est une association de patients diabétiques régie par la loi du 1er juillet 1901, fondée le 25 mars 1938, reconnue d’utilité publique le 3 décembre 1976. Membre fondateur du Collectif Interassociatif sur la Santé et de la Fédération Internationale du Diabète. Agrément national du Ministère de la Santé N° N2011RN0058